4. TROUVER L’ATLANTIDE !

Après avoir retracé l’histoire du mythe et de ses différentes lectures au fil des siècles – qui nous a permis d’observer combien chaque interprétation de l’Atlantide était tributaire d’un certain état des savoirs, selon les époques et les contextes –  je voudrais considérer en quelque sorte sa géographie. En d’autres termes, il est temps de se demander quelles ont été (et quelles sont encore de nos jours) les grandes hypothèses de localisation de ce continent perdu.

L’Atlantide évoquée par Platon a en effet suscité une sorte de délire de la « localisation », et chacun a cru en retrouver une trace dans tel ou tel lieu du globe : dans l’Atlantique, en Méditerranée, mais aussi du Sahara à l’Asie, en passant par l’Océan Pacifique, l’Amérique, l’Europe du nord, voire l’Alaska ou le Pôle Sud ! Le moment culminant de cette quête topographique effrénée a sans doute été la fin du XIXe siècle : de la Palestine au continent américain, du Groenland à la Crète, de Madagascar aux Bahamas, l’Atlantide s’est promenée dans tous les coins de la planète.

De nos jours encore, pas une semaine ne passe, ou presque, sans qu’un « spécialiste » ne nous annonce, dans une gazette locale ou sur une page du Web, une nouvelle hypothèse sur le sujet. La plupart des « localisations » proposées sont dénuées de fondement scientifique, et même d’intérêt : nous ne nous attarderons donc pas sur toutes les idées qui ont pu être formulées par des archéologues chevronnés ou par des amateurs en mal de publicité.

Dans la masse des conjectures et des supputations, il me semble que l’on peut retenir trois hypothèses « classiques » sur la localisation de l’Atlantide, qui sont les seules à avoir un minimum de rigueur et de crédibilité historique. Je procéderai donc en trois temps, pour évoquer chacune de ces trois hypothèses :

1 – L’hypothèse « atlantique » (la plus vivace et la plus proche du récit de Platon, reprise par exemple, dans le domaine littéraire, par Jules Verne dans 20 000 lieues sous les mers au cinéma, dans le film d’animation Atlantide, l’empire perdu des studios Disney, ou encore, dans la bande-dessinée, par l’album de Blake et Mortimer Le Secret de l’Atlantide) ;

2 – L’hypothèse « saharienne » (formulée à la fin du XIXe par plusieurs savants, et que l’on voit fort bien mise en scène dans le roman d’aventure de Pierre Benoît L’Atlantide, qui fut un véritable best-seller de l’entre-deux-guerres)

3 – L’hypothèse minoenne, qui suggère d’identifier l’île de l’Atlantide à la Crète et de voir dans le récit du cataclysme de Platon une évocation de l’éruption du cratère de Santorin, propre au XXe siècle).

Je conclurai par une quatrième partie, consacrée à des localisations plus hétérodoxes.

1 – L’hypothèse « atlantique »

Commençons par l’hypothèse « atlantique ». C’est celle qui serre au plus près le texte de Platon : comme chacun sait, le Timée et le Critias localisent cette civilisation perdue dans le grand océan situé hors de la Méditerranée, au-delà des colonnes d’Hercule. Platon parle même d’un « véritable continent » situé au-delà de l’actuel détroit de Gibraltar (« Cette île était plus étendue que la Libye et l’Asie prises ensembles »), ce qui suggère un territoire de très vastes dimensions, que l’on rejoindrait après plusieurs jours de navigation, à l’extrême Ouest du monde.

C’est l’interprétation la plus respectueuse du texte de Platon, c’est également la plus ancienne puisque les géographes grecs ou latins de l’Antiquité (Strabon et Pline en particulier) la formulaient déjà dans leurs œuvres (même si c’est avec beaucoup de prudence, sous une forme interrogative). Nous avons également vu que les traces de la présence imaginaire d’une terre habitée dans cette région sont multiples dans l’Antiquité : je pense à certains lieux de la mythologie grecque, comme le Jardin des Hespérides ou les Îles Fortunées, situées par-delà l’horizon, là où le soleil se couche.

L’hypothèse est ancienne, mais beaucoup d’érudits l’évoqueront également aux XVIe et XVIIe siècles, au moment de la découverte de l’Amérique qui relance les spéculations à ce sujet. L’hypothèse sera également reprise au XIXe siècle, au moment des premières expéditions océanographiques et des grandes théories sur la formation des continents. Jules Verne exploite notamment cette idée dans un chapitre de 20 000 lieues sous les mers. A notre époque, la série B et la bande dessinée lui ont donné de nouvelles lettres de noblesse : pour m’en tenir à un exemple, Blake et Mortimer, les deux héros d’Edgar P. Jacobs, dans L’Énigme de l’Atlantide, retrouvent la trace du peuple Atlante – toujours en vie ! – au fond d’immenses grottes situées sous les îles Canaries.

Que dit cette première hypothèse ? Elle situe grosso modo l’Atlantide dans l’Atlantique, mais elle connaît en fait plusieurs variantes :

– L’Atlantide évoquée par Platon serait en réalité le Nouveau monde. L’Atlantide serait « tout simplement » (si l’on peut dire) l’Amérique.

– L’Atlantide évoquée par Platon se trouverait à mi-distance entre l’Ancien et le Nouveau Continent : c’était bien une île qui aurait été située « quelque part » au milieu de l’Atlantique, mais qui aurait sombré un beau jour.

– L’Atlantide pourrait être située « au-delà des colonnes d’Hercule », comme dit Platon, mais peut-être plus près qu’on ne croit, et pas forcément sur une île détachée du continent…

Je ne m’attarderai pas sur la première variante, car elle est proposée par quelques savants seulement, notamment à la Renaissance, au moment de la découverte du Continent américain. Comment se justifie cette étrange identification, que l’on peut résumer par l’équation « Atlantide = Amérique » ?

Il faut bien saisir l’effet de choc produit par les grandes explorations espagnoles et portugaises au XVIe siècle. Comment a-t-on pu ignorer si longtemps cette terre américaine située de l’autre côté de l’Océan ? L’état d’esprit humaniste, pétri de littérature ancienne, essaye de décrypter de son mieux la nouvelle réalité dévoilée par Christophe Colomb ; et elle le fait au filtre d’Aristote, de Platon, de toute la littérature antique. Et si cette découverte ne faisait que confirmer les connaissances des Grecs ? Et si les Anciens (qui, pour un homme de la Renaissance, donnent l’impression de maîtriser un savoir extrêmement riche) connaissaient déjà l’Amérique ? Et si c’est de cela que parlaient certains de leurs mythes, de façon allégorique et imagée – notamment dans l’Atlantide platonicienne ? Voilà les questions qui sont brassées, et qui incluent librement l’Atlantide dans la liste des terres lointaines connues dans l’Antiquité. Évidemment, le problème est que le continent américain n’a pas sombré sous les flots… Contrairement à ce que qu’avance Platon, et qu’il place au cœur de son récit.

D’où la deuxième hypothèse, légèrement différente. L’Atlantide évoquée par Platon se trouverait non pas en Amérique, mais à mi-distance entre l’Ancien et le Nouveau Continent : c’était une île qui, conformément à ce qu’il écrit, aurait été située « quelque part » au milieu de l’Océan, mais qui aurait sombré un beau jour. On la situera généralement au large des côtes espagnoles, à l’emplacement des actuels archipels des Açores et des Canaries. Dans ce contexte géographique, l’île se serait effondrée dans l’océan, suite à un séisme dans cette zone fragile, connue pour son activité volcanique.

L’un des premiers à imaginer (et même à représenter !) ce qu’aurait été ce continent disparu est le jésuite Athanasius Kircher, au XVIIe siècle. Figure fascinante, Kircher (1601-1680) est un jésuite allemand ayant vécu la plus grande partie de son temps à Rome : graphologue, mathématicien, physicien, voyageur, orientaliste, touche-à-tout intéressé aussi bien par la circulation sanguine que par l’origine des langues, c’est un esprit encyclopédique et un des scientifiques les plus importants de l’âge baroque. Un de ses ouvrages les plus importants, l’Oedipus Aegyptacus, est une proposition (complètement farfelue !) de déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, que l’on ne sait pas lire à l’époque. Un autre de ses ouvrages, publié peu après (1678), s’intitule Mundus subterraneus. C’est un traité de géologie et même de spéléologie, dans lequel Kircher interroge la formation des continents, et ce que l’on pourrait appeler l’évolution de la croûte terrestre. Il essaie d’analyser les phénomènes volcaniques et les séismes, et de comprendre les phénomènes d’érosion, d’émersion ou d’immersion. Il est convaincu, entre autres, que la terre recèle d’énormes cavités et des sortes de volcans souterrains (ce sont les premiers tâtonnements de ce que l’on appellera la vulcanologie). C’est dans ce cadre très ambitieux qu’il propose, parmi beaucoup d’autres gravures conjecturales, une carte de la Terre des anciens temps. Et c’est dans cette carte qu’il situe un continent au milieu de l’Atlantique, correspondant selon lui à l’Atlantide de Platon.

Cette idée est intéressante, car, contrairement aux premiers humanistes qui commentaient la découverte du Nouveau Monde en supposant une Terre figée dans une configuration immuable, Kircher inscrit le devenir des continents dans une temporalité : il a l’intuition que les frontières des Mers et des Océans n’ont pas été de tout temps ce qu’elles sont aujourd’hui (ce que nous savons désormais). Le problème est que son tracé de l’Atlantide semble parfaitement aléatoire et ne repose sur aucune donnée scientifique sérieuse (on se demande même d’où il le sort exactement). De fait, son hypothèse sera délaissée pendant plusieurs décennies. Seuls quelques esprits isolés la reformulent, comme par exemple Bory de Saint-Vincent : en 1803, ce naturaliste et voyageur français publia une carte pour tenter d’illustrer se théorie d’une Atlantide qui aurait été située à l’ouest de l’Afrique. De ce grand empire, il ne resterait plus, selon lui, que les Canaries, Madères et les Açores.

À la fin du XIXe siècle, avec les premières recherches océanographiques, naît l’idée d’une vérité à aller rechercher dans les fonds marins. L’exploration des hauts-fonds près des Açores révèle l’existence d’une chaîne sous-marine de montagnes volcaniques, qui sépare en deux l’océan Atlantique. Ce rift est une sorte de cicatrice, qui témoigne de la dérive des continents pressentie par les premiers géologues.

C’est dans ce contexte que l’hypothèse de l’océan Atlantique, quelque peu oubliée depuis Kircher, revient en force (ce sera d’ailleurs la plus exploitée, la plus mise en scène dans la fiction fin-de-siècle). Le cas le plus exemplaire est celui de l’Américain Ignatius Donnelly, qui rédige en 1882 un ouvrage largement diffusé parmi le lectorat américain. Enthousiasmé par les découvertes récentes, Donnelly est convaincu qu’un continent aurait existé dans l’Atlantique ; ce continent se serait effondré et peut-être que certaines îles (Cap Vert, Madère, les Açores) en seraient de lointains résidus. Donnelly insiste en particulier sur la situation géographique des Açores, en soulignant qu’elles forment une zone de fracture de l’écorce terrestre et qu’elles sont riches de volcans en activité. Dans sa lancée, Donnelly en déduit également que l’Atlantide, qui devait se trouver par-là 10 000 ans avant J.-C., est bien la mère de toutes les civilisations, comme un pont entre Ancien et Nouveau mondes : il explique ainsi les ressemblances architecturales entre pyramides égyptiennes et précolombiennes. Évidemment, il ne tient aucun compte des écarts chronologiques qui existent entre les bâtisseurs de ces monuments ! L’hypothèse fait fureur, et elle fascine bien des écrivains. L’idée sera régulièrement reprise jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, notamment dans le cadre d’un célèbre canular, en 1912.

Il n’en reste pas moins que d’année en année, elle a de moins en moins de force de conviction. Pourquoi ? Parce que qu’au fur et à mesure que la science progresse, l’on sait désormais qu’aucune terre, aucune île, aucun continent ne s’est effondré vers -10 000 dans cette zone, bien au contraire : l’activité volcanique sous-marine dans la zone atlantique est liée à l’écartement progressif des plaques du rift, qui n’« absorbe » pas de la matière mais en produit ! En d’autres termes, il n’y a aucun vestige humain à aller chercher dans ces grandes profondeurs, tout au plus quelques créatures sous-marines certainement très intéressantes !

L’hypothèse finit donc par être poliment congédiée, au nom de la vérité scientifique. Elle a néanmoins connu des variantes curieuses, plaçant notamment l’Atlantide dans la mer des Sargasses ou dans le fameux « triangle des Bermudes » (c’est-à-dire toujours derrière les colonnes d’Hercule et dans l’Atlantique, mais bien plus à l’ouest), ou bien encore au Groenland, en Irlande voire en mer Baltique (c’est-à-dire encore dans l’Atlantique, mais cette fois beaucoup plus au nord). Ce fut l’hypothèse de certains savants germaniques, en particulier, entre la fin du XIXe siècle et l’entre-deux-guerres : évidemment, attribuer aux peuples nord européens de prestigieuses racines, antérieures à la civilisation grecque, était une façon de les valoriser.

L’hypothèse Atlantique a également connu, dernièrement, une dernière métamorphose, grâce au géologue Jacques Collina-Girard. Ce scientifique expose dans son livre L’Atlantide retrouvée? (2002) sa propre thèse concernant la position de l ‘Atlantide. Tout part d’une découverte fortuite : alors qu’il se trouve en train d’étudier une carte marine du détroit de Gibraltar, ce géologue remarque un véritable archipel sous-marin, qui culmine à -55 mètres, au large du cap Spartel sur la côte marocaine. Il a le sentiment que « l’île » principale de cet archipel sous-marin, qu’il rebaptise d’ailleurs « île du cap Spartel », correspond en beaucoup de points à l’île Atlantide.

L’imagination de Jacques Collina-Girard n’a pas besoin de plus d’éléments pour s’enflammer. Car cette « île », qui se trouve actuellement engloutie, a pu se trouver dans le passé (entre -20 000 et -10 000 ans) au-dessus du niveau de la mer, dans une sorte de « mer intérieure » que formaient les côtes d’Espagne et du Maroc dont les terres étaient plus étendues à cette époque. Or, cette configuration géologique correspond assez bien à ce qui est écrit dans le Timée : « Car tout ce qui se trouve de ce côté-ci du détroit dont nous parlons, ressemble à un port au goulet resserré ; de l’autre côté, c’est réellement la mer, et la terre qui entoure cette mer, c’est elle qui mérite véritablement de porter le nom de ”continent”. » Par ailleurs, les conditions de sa submersion pourraient plus ou moins coïncider en termes de datation historique.

Il y a tout de même au moins deux points sur lesquels il y a une discordance : d’abord la taille de l’île (selon Platon elle aurait été « plus étendue que la Libye et l’Asie prises ensembles », tandis que l’île du cap Spartel ne faisait que tout au plus une dizaine de kilomètres… Mais Jacques Collina-Girard suggère de comprendre cette affirmation comme une évocation de l’empire atlante et de son rayonnement) ; ensuite son caractère a priori solitaire, sauvage et inhabité ; rien n’indique que ce territoire isolé ait pu attirer une présence humaine et abriter une quelconque société évoluée.

Cette hypothèse d’une sorte de mini-Atlantide, située juste au-delà des colonnes d’Hercule (mais pas encore dans la haute mer) a eu un certain succès, car elle a su être proposée avec brio et enthousiasme par son auteur. Elle a néanmoins été combattue par la plupart des hellénistes, pour la simple raison que cette île ne semble avoir accueilli aucune civilisation : ce devait être un lieu sauvage et sans intérêt particulier ! Pourquoi diable aurait-il suscité un tel mythe, qui aurait circulé jusqu’aux oreilles de Platon ?

L’idée d’une Atlantide située beaucoup plus près des Colonnes d’Hercule qu’on ne croit est pourtant séduisante. Elle réactive, à sa façon, une autre hypothèse « atlantique » qui fascina notamment le grand spécialiste d’Homère Victor Bérard. Rappelons que pour Victor Bérard (auteur entre autres des Navigations d’Ulysse, 1929), la littérature et les mythes de l’Antiquité ne sont pas seulement des beaux récits : ils peuvent nous offrir une clef de lecture du monde « réel », tel qu’il était perçu par les Anciens. Par exemple, l’Odyssée relate pour Bérard un itinéraire à travers la Méditerranée qui n’est pas purement imaginaire : selon lui, on peut situer précisément sur une carte les grandes étapes du voyage d’Ulysse ! De même, pour l’Atlantide de Platon : il y aurait une vérité à retrouver, et à localiser sur une carte.

Selon Bérard, l’Atlantide pourrait être identifiée immédiatement « au-delà des colones d’Hercule », dans l’Espagne actuelle, et précisément sur la côte atlantique entre le Portugal et Gibraltar, ce qui la ferait coïncider avec la fabuleuse ville de Tartessos, un centre artistique florissant mentionné par certains textes grecs, situé dans l’embouchure du fleuve Guadalquivir, et conquis par les Carthaginois vers -550. On sait très peu de choses sur cet ancien centre urbain, situé en dehors des infranchissables colonnes d’Hercule, et cela doit avoir contribué à le transformer, aux yeux de nombreux experts, en un mythe inspirant d’autres mythes. Nous savons seulement qu’il se trouvait dans une région très riche en minéraux et que, par conséquent, l’artisanat et le commerce ont dû y prospérer. Des fouilles furent organisées en 1897, puis également en 1905, près de ce qu’était autrefois l’embouchure du Guadalquivir.

Quels sont les principaux points de contact entre les deux civilisations ?

– Selon Platon, l’Atlantide était située derrière les colonnes d’Hercule ; or c’est bien là que se situait Tartessos, immédiatement après le détroit de Gibraltar. Étant donné que cette partie du monde était fort peu connue, n’a-t-on pas pu imaginer, par erreur, que Tartessos était située sur un continent autonome, alors qu’il s’agissait de la Péninsule ibérique ?

– Platon nous dit que l’Atlantide aurait été « plus grande que la Libye et l’Asie » ; évidemment, ce n’est pas le cas de Tartessos ; en revanche, on peut dire que métaphoriquement, son vaste empire commercial s’étendait bien sur la Méditerranée, au point d’atteindre l’Étrurie et l’Égypte.

– Bien sûr, l’analogie la plus évidente entre Tartessos et l’Atlantide concerne leur disparition totale. En effet, après la conquête carthaginoise, Tartessos a disparu sans laisser de trace. Seules quelques découvertes archéologiques mystérieuses attestent de son existence et de sa splendeur passée.

– Enfin, la ville d’Atlantide était, nous dit Platon entourée de canaux ; justement, selon Strabon, le célèbre géographe grec du 1er siècle BC, un vaste réseau de canaux rayonnait depuis le fleuve Guadalquivir.

La Dame d’Elche est souvent mentionnée dans le cadre de cette rêverie, qui identifie la mystérieuse Tartessos avec la cité dépeinte par Platon. Cette étrange sculpture, connue sous le nom de « Dame d’Elche » (à cause du lieu de sa découverte, dans le sud de l’Espagne), est un buste féminin, dont la datation est très imprécise (il remonte probablement au Ve siècle av. J.-C.). Exhumé en 1897, il donna aux témoins de l’époque l’impression de surgir d’une civilisation de la nuit des temps! De nos jours, ce buste est souvent cité comme un exemple du formidable degré d’évolution qu’avait atteint la culture artistique de la région de Tartessos. De là à baptiser cette figure « la prêtresse de l’Atlantide », comme ont pu le faire certains commentateurs, il faut vraiment beaucoup d’imagination… Mais la tentation est grande.

On le voit, au fil des distorsions, ce qu’on peut appeler l’hypothèse atlantique a pu être reformulée et reconfigurée de multiples façons : lointaine, très rapprochée, gigantesque ou minuscule… Mais, comme on pourra le constater, nous n’en sommes qu’au début des transformations et des adaptations !

2 – L’hypothèse « saharienne » (fin XIXe – jusqu’à Pierre Benoît)

J’en viens à la deuxième hypothèse, qu’on pourrait baptiser l’hypothèse « saharienne ». Aussi étonnante qu’elle puisse paraître, elle a des racines scientifiques tout à fait sérieuses, qui remontent à la deuxième moitié du XIXe siècle, et à la reconsidération du désert saharien. Les géologues de l’époque se rendent comptent que cette zone stérile qui s’étend au Sud de l’Algérie, de la Tunisie et de la Libye, n’a pas toujours été un désert privé d’eau. D’un point de vue géologique, on trouve dans le Sahara de grandes vallées d’érosion et des traces de végétation, ainsi que des vestiges de troncs pétrifiés de végétaux arborescents.

Les vestiges archéologiques confirment cette impression et montrent que la flore était présente et le climat certainement moins aride : plusieurs peintures rupestres, dans les massifs montagneux du Sahara (comme le Hoggar), représentent notamment des bœufs ou des gazelles. On repère également des silex taillés sur les lits d’anciennes rivières.

Curieusement, les conteurs indigènes et arabes parlent souvent des contrées jadis florissantes, couvertes de cultures abondantes et de palmeraies entourant d’importantes villes. Il est possible que des mouvements telluriques aient modifiée l’hydrographie de la zone sahélienne en une époque relativement récente. De ce fait, le manque soudain d’irrigation de cette partie de l’Afrique du Nord aurait désertifié toute la région et le Sahara serait devenu le désert que nous connaissons maintenant.

On conçoit le raisonnement que purent faire certains savants de la fin du siècle : et s’il y avait quelque chose à découvrir dans ces contrées africaines – si elles décelaient des richesses cachées, directement liées à la « grande » histoire antique ? Et si la légende transmise par Platon concernait le peuple de l’Atlas, en Afrique du Nord (d’où le nom d’Atlantes, pris chez Hérodote) ?

Le botaniste et géographe français Dominique-Alexandre Godron (1807-1880) fut l’un des premiers, en 1868, à émettre l’hypothèse que l’Atlantide était, en réalité, enterrée dans le Sahara. Peu de temps après, le géographe Etienne Berlioux (1828-1910) crut pouvoir la placer avec certitude dans les montagnes de l’Atlas.

Evidemment, le contexte colonial n’est pas indifférent : la mainmise française sur l’Afrique du nord alimente les fantasmes, et suscite le désir de valoriser ces nouveaux territoires, en les mettant si possible en relation avec les racines gréco-latines de l’Europe. On peut rappeler à ce propos, en guise d’exemple, qu’en 1883 un ingénieur du nom d’Elie Roudaire avait eu l’intention de noyer une partie du Sahara sous les flots de la Méditerranée. Son idée fut largement débattue… Comment ce projet de mer intérieure africaine a pu surgir et mobiliser tant d’énergie dans les milieux scientifiques et politiques des années 1870, 1880 ?

A l’est de l’Algérie, au nord de la Tunisie, se déploie un chapelet de chotts – cuvettes salées le plus souvent à sec. Plusieurs se situent sous le niveau de la mer, dont un isthme d’une vingtaine de kilomètres de largeur les sépare. Roudaire voyait dans ces chotts les restes d’un immense bras de mer évaporé. Pour le restaurer, affirmait l’officier, il suffirait de percer le cordon littoral. Ainsi assurerait-on contre le désert, l’aridité et la stérilité de ces régions, une victoire décisive. Son projet, activement soutenu par Ferdinand de Lesseps (l’initiateur du projet du Canal de Suez), trahit, en même temps que l’ignorance du colonisateur face à une terre dont il s’est approprié, l’espoir naïf d’améliorer le monde en domestiquant la nature.

Pierre Benoît saura faire bon usage de cette spéculation scientifique originale dans son roman l’Atlantide (1919), qui met justement en scène la découverte par deux soldats-explorateurs d’une Atlantide ensablée et comme coupée du monde.

Il existe plusieurs variantes de de cette Atlantide « africaine », comme le montre la carte ci-dessus, ou j’ai repéré les grandes hypothèses de localisation qui purent être formulées pendant l’époque coloniale. Pour m’en tenir à un exemple, une version alternative identifia les Atlantes aux Yoruba, un peuple mystérieux qui vécut cette fois au sud du Sahara, le long du fleuve Niger, et dont la culture s’épanouit autour à 1600 av. J.-C. Cette théorie fut celle de l’explorateur Léo Frobenius (1873-1938), qui consacra des années à l’étude de cette civilisation insolite ; il déclara avoir remarqué des parallèles entre cette dernière et celle des anciens Ibères, des Étrusques, des Grecs et des Assyriens. . Cette comparaison étonnante était basée sur l’utilisation d’un symbolisme commun (par exemple la croix gammée), sur les cultes pratiqués (les Yoruba adoraient la déesse de la mer Olokun), sur le type d’organisation tribale, sur les tatouages, les rites sexuels et les cérémonies funéraires…

Il y a bien quelques « coïncidences », mais tant d’enthousiasme est frustré par le fait qu’on n’a aucune idée de quelle catastrophe naturelle aurait pu anéantir les Yoruba et les « effacer » de l’histoire humaine (alors que pour Tartessos l’on peut au moins invoquer l’intervention carthaginoise). Au fond, cette hypothèse africaine nous montre surtout comment chaque archéologue qui étudie une nouvelle civilisation « protohistorique » tend à lui attribuer les caractéristiques de la mythique Atlantide de Platon.

3 – L’hypothèse minoenne

La troisième et dernière grande hypothèse que je souhaiterais citer est l’hypothèse dite minoenne, qui connut un certain succès dans les années 1960 et 1970. On sait depuis près de cent ans que, durant la deuxième moitié du XVe siècle avant notre ère, l’île de Santorin (une des Cyclades, en mer Égée) fut le siège d’une intense activité volcanique. Après plusieurs mois de secousses sismiques, une gigantesque éruption et un tsunami ravagèrent non seulement l’île, qui changea radicalement d’aspect, mais toute la Méditerranée orientale.

Entre autres dégâts, le tsunami balaya les côtes de la Crète, en portant un rude coup à la remarquable civilisation minoenne qui s’y était développée. La civilisation crétoise était en effet, à cette époque, particulièrement riche et raffinée. Et l’on tend à dater son déclin accéléré de ce même moment.

En fait, l’association de la Crète et de l’Atlantide est due à une coïncidence temporelle dans les découvertes effectuées : d’un côté la découverte d’une formidable civilisation très raffinée, avec de grands palais, possédant entre autres un mystérieux langage que l’on ne sait pas déchiffrer (les « fameux » linéaire A et linéaire B), de l’autre la découverte de sa disparition brutale.

Les archéologues tendent à établir une causalité entre l’éruption de Santorin et la fin de la civilisation minoenne (ou du moins son affaiblissement). On estime en effet qu’un gigantesque raz de marée a dû venir ravager la côte nord de la Crête. Il y aurait eu une vague haute de 200 m, tandis qu’un nuage de cendres aurait obscurci le ciel de la mer Égée pendant une longue durée. Après quelques jours, ce nuage aurait probablement laissé sur le sol une épasse couche de cendres, qui aurait rendu la vie impossible aux survivants.

On imagine aisément qu’un événement de cette ampleur ait pu marquer vivement les esprits; et on peut supposer que son souvenir, passablement déformé, puisse s’être conservé dans la mythologie, comme dans la légende du déluge de Deucalion. A sa manière, Platon ne relaterait-il pas la catastrophe de Santorin ? La submersion de la terre atlante n’est-elle pas l’écho lointain, et transformé par la transmission orale, du terrible tsunami qui ravagea la Crète ? N’est-il pas possible que le tremblement de terre décrit en une phrase par Platon soit celui qui ébranla, à 110 km au nord de la Crète, l’île de Thêra (Santorin) ?

Selon cette hypothèse, le récit de Platon, pour « historique » qu’il soit, n’en contiendrait pas moins des distorsions, notamment au niveau des chiffres – dates et dimensions –, qui seraient donc à réinterpréter.

Spyrídon Marinátos (1901-1974), l’archéologue grec qui a le mieux étudié ce cataclysme, a tout fait pour populariser cette hypothèse. Il faut dire qu’il a en effet découvert, dans l’île de Thêra, des vestiges minoens enfouis sous la cendre depuis trente-cinq siècles. Il en a déduit, avec bon nombre de scientifiques, que ces vestiges présentaient certaines analogies avec l’Atlantide de Platon qui aurait donc pu se situer en Crête et « déborder » vers les îles voisines. On pourrait alors admettre que le tableau de la civilisation atlante laissé par le Critias correspond à ce que devait être la civilisation crétoise du deuxième millénaire, avec ses palais fastueux, sa marine et ses taureaux.

Mais quelques problèmes se posent… Celui de la chronologie platonicienne notamment : la civilisation minoenne est parfaitement datée : elle se développe pendant cinq siècles, aux alentours du deuxième millénaire avant notre ère (grosso modo de -2000 à -1500), à la fin de ce que l’on appelle l’âge du Bronze. Ce qui fait tout de même un décalage de sept mille à huit mille ans avec le propos de Platon, qui indique des événements beaucoup plus reculés, situés en -9000.

Les choses se compliquent également quand on aborde le problème de la guerre entre Atlantes et Athéniens : les Minoens étaient des marins, des commerçants et des pêcheurs, mais pas du tout des guerriers. On voit mal les paisibles Crétois se doter de moyens militaires considérables et se lancer dans une politique d’invasion pour le moins aventureuse. Même en admettant l’exagération naturelle propre aux conteurs athéniens, qui voulaient, en magnifiant la force de leur adversaire, exalter leur propre victoire, un tel décalage entre ce que nous savons des Minoens et ce que nous croyons savoir des Atlantes étonne. S’ils ont fait du commerce dans toute la Méditerranée, les Crétois n’ont jamais dominé « la Libye jusqu’à l’Égypte » ou « l’Occident jusqu’à l’Étrurie » !

Enfin, en s’en tenant à la localisation géographique indiquée par Platon, l’Atlantide se serait trouvée « au-delà des colonnes d’Hercule », c’est-à-dire à l’ouest de Gibraltar. Et les envahisseurs seraient venus du plus lointain de la mer atlantique… Il y a là une profonde distorsion, qu’il est difficile d’attribuer aux méconnaissances géographiques de Platon (qui était un savant, certainement fort bien informé de ce point de vue) !

4 – Localisations plus hétérodoxes

D’autres hypothèses ont pu être retenues au fil de l’histoire… On peut se contenter de les énumérer pour achever notre tour d’horizon.

  • L’Atlantide à Troie !

L’idée a été formulée par un certain le géoarchéologue Eberhard Zangger. En 1992, Zangger élabore la thèse selon laquelle le témoignage de Platon sur l’Atlantide serait le récit de l’histoire de Troie racontée d’un autre point de vue. Et si l’Atlantide n’était autre que Troie ? Si Platon et Homère racontaient au fond la même chose, mais avec des mots différents, comme si deux traditions différentes étaient nées de la guerre entre Grecs et Troyens ?

  • L’Atlantide en Sardaigne !

L’italien Sergio Frau propose en 2002 un ouvrage étonnant (Le Colonne d’Ercole. Un’inchiesta, Roma, Nur neon, 2002) : et si l’Atlantide était la Sardaigne, qui connut elle-même une civilisation protohistorique assez prospère ? Les colonnes d’hercule auraient été confondues par Platon avec le détroit de Messine, censé être gardé par Charybde et Scylla ? (cette confusion n’étant pas rare dans la Haute Antiquité)

  • L’Atlantide dans le Pacifique !

Certains ont volontiers superposé, ou carrément confondu, le mythe de l’Atlantide avec un autre continent disparu, situé cette fois dans le Pacifique. Il s’agit du célère territoire de Mû, dont la légende a été popularisée par l’occultiste James Churchward (1852-1936). Ce dernier publia en 1926 l’ouvrage Mû, le continent perdu, dans lequel il affirma qu’un continent était englouti dans l’océan Pacifique. Selon Churchward, l’empire de Mû s’étendait du nord des îles d’Hawaii jusqu’aux îles de Fidji et de Pâques. Cette civilisation aurait atteint son apogée 50 000 ans avant notre ère. Sa technologie aurait été bien plus sophistiquée que la nôtre au début du XXe siècle, et les anciennes civilisations indienne, babylonnienne, perse, égyptienne et maya seraient bâties sur les restes de ces colonies d’alors. Churchward a été inspiré à rechercher Mu par le mayaniste Auguste LePlongeon, qui avait proposé l’existence dans l’Atlantique d’un continent englouti ainsi nommé qu’il identifiait à l’Atlantide, en se basant sur une traduction erronée qu’il avait faite du Codex Troano.

  • L’Atlantide dans l’Océan Indien !

Le naturaliste allemand Ernst Haeckel (1834-1919) popularise cette hypothèse en 1870 (à une époque où la dérive des continents n’était pas encore connue des géologues) : il cherche en effet à expliquer la distribution de certains mammifères, dont les lémuriens, dans des zones géographiques éloignées. Il forge alors le mot « Lémurie » pour désigner un continent hypothétique situé dans l’océan indien, qui aurait autrefois été un « pont » par-delà l’océan permettant la circulation des espèces. Se basant sur ces hypothèses, l’occultiste Helena Blavatsky, fondatrice de la Société théosophique, reprend le thème d’un continent autrefois présent dans l’actuel océan indien, et désormais submergé à la manière de l’Atlantide. En 1888, elle expose dans son ouvrage La Doctrine secrète sa propre vision de l’histoire humaine ; elle imagine l’évolution de sept races-racines sur différentes parties du globe. Elle y décrit largement la Lémurie (le mot y est cité près de cent fois) qui est supposée être le continent sur lequel s’est développée la troisième « humanité », avant de sombrer…

Conclusion

Que déduire de cette accumulation de vraies et de fausses pistes ? Que la recherche de l’Atlantide est une quête qui fait galoper l’imagination. Ce qui est intéressant au fil de ces hypothèses, c’est que probablement aucune n’est vraie… Et pourtant, on ne peut s’empêcher d’y croire, au moins quelques instants, au moins le temps de la lecture. Par le jeu de l’argumentation et du tableau évocateur, on est souvent pris au piège de la lecture. On se rend compte par là que pour emporter l’adhésion, pour séduire et pour convaincre, le discours archéologique se donne tous les moyens de la fiction, quitte à « déraper » du discours de vérité vers la suggestion. Avec ce sujet on touche à un point d’équilibre, ou de déséquilibre, entre vérité scientifique et mensonge romanesque. Nous sommes dans une sorte de « zone grise » qui montre un glissement progressif entre investigation, spéculation, imagination, réinvention… Bref un vaste processus de déréalisation. D’où, certainement, la fécondité de ce thème et la multitude de ses reprises littéraires. Avant même d’entrer dans l’univers littéraire et cinématographique, l’Atlantide appartient déjà à une forme d’« archéologie-fiction ».


1 réflexion sur « 4. TROUVER L’ATLANTIDE ! »

  1. L’hypothèse Berbère est tentante quand on sait que les habitants des îles Canaries sont originaires d’une région du Maroc au pied de l’Atlas.
    Que les Berbères ont étendu leur territoire jusqu’en Egypte. Que les îles de Macaronésie dont font parties les Canaries connaissent une activité volcanique. Qu’on a retrouvé à Malte ainsi que dans d’autres îles de Méditerranée des traces d’une civilisation antérieure aux grandes civilisations méditerranéennes. Et si la Crête avait été un royaume Berbère? Qui sont les crétois qui adoraient les taureaux, d’où vient leur langue? Et si plus de 9000 ans avant notre ère une des premières migrations humaines était venue de l’ouest? Et si les Berbères étaient les fameux Atlantes tout simplement comme Hérodote nous l’apprend?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.