Anthologie

Nous tenterons, dans cette page, de nous livrer à un petit essai d’« atlantologie », en analysant les réécritures littéraires que le mythe de l’Atlantide a pu susciter dans les deux derniers siècles. Car ce mythe fondateur a fait couler des fleuves d’encre dans la littérature européenne, notamment au sein de la fiction romanesque. Nous croiserons tout d’abord un étonnant transfuge de l’Atlantide, égaré dans Le Vase d’or d’Hoffmann (1813) ; nous rencontrerons ensuite des vestiges de la cité perdue dans Vingt mille lieues sous les mers (1869) ; nous retrouverons avec Pierre Benoît la trace d’une civilisation ensablée, perdue au cœur du Sahara (L’Atlantide, 1919) ; nous ferons étape avec Conan Doyle dans La Ville du gouffre (1929), avant de partir dans les étoiles avec Edgar P. Jacobs, dans le septième volume des aventures de Blake et Mortimer (1955)… Au fil de ces textes, on verra se dessiner les coordonnées de base de ce que l’on pourrait nommer le genre atlantidien, entre fantastique et science-fiction.

E.T.A. Hoffmann, Le vase d’or [Der Goldene Topf], (1813)