Iconothèque

On trouvera sur cette pages une sélection de représentations de l’Atlantide (gravures, vues d’artiste) brièvement commentées.

GRAVURES & ILLUSTRATIONS

UNE ATLANTIDE SALVATRICE

Deux illustrations de René Giffey pour The Maracot Deep : The Lost World Under the Sea de Arthur Conan Doyle, publié dans The Strand Magazine (1929). Dans ce récit, le docteur Maracot, Cyrus Headley et Bill Scanlan partent explorer les fonds de l’océan dans le caisson d’acier, représenté sur la première image. Alors que l’expédition est attaquée par un monstre, le peuple Atlante va sauver les trois hommes et les conduire au coeur de la cité engloutie, comme nous pouvons le voir sur cette seconde illustration.

les ruines de la civilisation atlante

Gravure de Léon Bennett dans l’Éternel Adam de Jules Verne (1910) représentant la découverte des ruines de l’Atlantide par les derniers survivants de l’humanité. Dans ce récit pessimiste, l’auteur postule l’hypothèse selon laquelle chaque civilisation humaine serait construite sur les ruine d’une civilisation antérieure détruite par un cataclysme planétaire, à l’instar de l’Atlantide.

L’ATLANTIDE NORDIQUE

Gravure présentée dans Atlantica : Atland eller Manheim (1680) de l’auteur et linguiste suédois Olof Rudbeck. Cette gravure le représente, entouré de Platon, Hésiode et Aristote, dévoilant ce qu’il postule être la véritable Atlantide. Selon une approche quelque peu nationaliste, l’auteur postule que l’Atlantide n’est autre que la Suède, qu’il présente comme la civilisation-mère et dont la langue parlée serait à l’origine de toutes les autres.

UNE ATLANTIDE ÉROTISÉE

Gravure de Alméry Lobel-Riche dans l’Atlantide de Pierre Benoît, Paris, Albin Michel, 1922, p.64
Gravure de Alméry Lobel-Riche dans l’Atlantide de Pierre Benoît, Paris, Albin Michel, 1922, p.24

Eaux-fortes de Alméry Lobel-Riche pour l‘Atlantide de Pierre Benoît dans l’édition illustrée de 1922, publiée chez Albin Michel.

Dans ce roman, le narrateur Ferrières conte la découverte de l’Atlantide par le personnage de Saint-Avis lors d’une exploration dans le désert saharien, dont il est dit qu’aucun autre explorateur n’est revenu puisque tous auraient succombé au charme de la reine Atlante Antinéa. C’est ce personnage de femme fatale que nous pouvons voir sur la première gravure ; une femme troublante au point de mener les personnages masculins à leur perte, à l’image de la seconde illustration, mais elle est aussi l’allégorie même de l’Atlantide dans une version érotisée et violente.

UNE CITÉ SOUS-MARINE

Illustration de G. Roux sur le frontispice du roman Atlantis de André Laurie (1895) publié sous forme de feuilleton dans la collection de Jules Hetzel : le Magasin d’éducation et de récréation. Contemporain et imitateur de Jules Verne, Paschal Grousset alias André Laurie place son Atlantide romanesque sous la forme d’une cité sous-marine protégée par un dôme de verre.

LE MONDE ENGLOUTI

Trois illustrations de Frank R. Paul pour The Sunken World [« Le monde englouti »] du romancier américain Stanton A. Coblentz, publié en 1928 dans le magazine Amazing Stories Quarterly, puis édité en volume en 1948.

Dans ce roman de SF, nous suivons les aventures d’Anton Harkness, commandant d’un sous-marin américain. Lors d’une mission, son engin se trouve pris dans un tourbillon qui l’entraîne au fond de la mer, jusqu’à lui faire heurter un étrange dôme de verre qui semble protéger une ville… Ils découvrent ainsi que l’Atlantide a survécu au cataclysme raconté par Platon en créant une sorte de « bulle » sous-marine. Le commandant et son équipage sont secourus par les Atlantes qui vivent sous les eaux, dans leur cité située à l’abri du dôme. Harkness s’éprend d’une Atlante avec laquelle il s’échappe in extremis alors que le dôme de verre, fissuré, se détruit et fait entrer l’eau dans le royaume des Atlantes.

LES RUINES DE L’ATLANTIDE

Illustration de G. Roux pour Vingt mille lieues sous les mers (1869), deuxième partie, chapitre IX, « Un continent disparu ». A l’occasion d’une sortie en scaphandre, le capitaine Nemo montre au Professeur Aronnax les ruines de l’Atlantide, au fond de l’océan Atlantique.

LA CAPITALE DE L’ATLANTIDE

Une interprétation visuelle par Walter Heiland, dans l’ouvrage de l’archéologue allemand Albert Hermann Unsere Ahnen und Atlantis (1934). On reconnaît les canaux circulaires décrits par Platon et le temple central.

VUES D’ARTISTE

L’ATLANTIDE NÉO-SURRÉALISTE

Interprétation numérique moderne de l’artiste néo-surréaliste canadien George Grie. À travers cette oeuvre intitulée Lost City of Atlantis (2014), l’artiste, coutumier des représentations de mondes magiques, propose une Atlantide à la fois immergée et émergée. Il mêle ainsi la vision fabuleuse de l’île à sa décrépitude.

LES FONDS OCÉANIQUES VERNIENS

Illustration de l’artiste designer tchèque Adam Kanovsky pour le site web ArtStation. Est représenté le Professeur Aronnax de Vingt mille lieues sous les mers, étudiant les fonds sous-marins atlantes depuis le Nautilus.

DANS LA BANDE DESSINÉE

L’ÉNIGME DE L’ATLANTIDE

Localisation de l’Atlantide dessinée dans Les Aventures de Blake et Mortimer : L’énigme de l’Atlantide de Edgar P. Jacobs (2013). Ce nouvel opus fait état de la découverte de l’Atlantide et du fameux métal de l’orichalque par le professeur Mortimer lors de vacances passées dans les Açores.

OPÉRATION ATLANTIDE

“Opération Atlantide” est un volume des aventures de Bob Morane de Henri Vernes et illustré par René Follet (1956). L’aventurier Bob Morane et ses compagnons vont y affronter les redoutables habitants des grands fonds et y découvrir la très mystérieuse île de l’Atlantide.

Le Royaume sous le sable

Couverture de Thorgal : Le Royaume sous le Sable, de Grzegorz Rosinski et Jean Van Hamme (2001) représentant les ruines d’une Atlantide souterraine. Dans ce vingt-sixième volume, Thorgal et sa famille sont envoyés dans un royaume souterrain situé dans le désert, où vivent un mystérieux peuple aux technologies avancées. Ce récit est l’occasion pour le héros Thorgal de lever le voile sur les origines de ce peuple Atlante, tout en s’inscrivant dans la veine de l’hypothèse d’une localisation saharienne.

LA GALÈRE D’OBÉLIX

Illustration des célèbres héros gaulois découvrant l’Atlantide dans le récit La Galère d’Obélix, de René Goscinny et Albert Uderzo (1996). Dans ce volume, les héros partent à la recherche de l’île mythique afin de trouver un remède magique. Le druide Panoramix évoque l’île engloutie tout en spécifiant qu’il en reste des terres émergées situées dans les Îles Canaries et où vivraient encore les derniers Atlantes.

VARIANTES

L’ÎLE DE NÚMENOR

L’île de Númenor est développée dans le récit du Silmarillion de J.R.R. Tolkien (1977) et est évoquée plusieurs fois dans l’univers du Seigneur des Anneaux. Les Númenóréens étaient un peuple très avancé dans les domaines de la science et de la construction, avant de sombrer petit à petit sous l’influence de Sauron et sa promesse d’une vie éternelle. Après sa chute, Númenor est appelée Atalantë “l’Engloutie” dans un rapprochement linguistique explicite.

LE FLÉAU DE VALYRIA

Représentation des ruines de Valyria, ancienne cité régulièrement évoquée dans les récits Le Trône de fer de George R.R. Martin. Il est dit dans les récits que cette cité, autrefois prospère, a été détruite au cours d’un épisode surnommé “le Fléau” du fait d’une éruption volcanique cataclysmique. L’écrivain a avoué s’être inspiré du mythe platonicien pour la création de Valyria.